KXKM

+

Fermer

+

Allumer un appareil est aujourd’hui un geste automatique, presque magique.
Pour repenser ce rapport à l’énergie, nous avons cherché à rendre concret l’effort nécessaire à sa production. Et d’amener une question politique : si l’énergie est limitée, à quoi décide-t-on de l’utiliser ? L’enjeu est double : faire prendre conscience de l’effort nécessaire à la production de l’énergie. Et anticiper, malgré toutes les croyances technologiques, qu’il faudra à un moment sans doute se restreindre dans sa consommation. Et par conséquent choisir vers quels secteurs d’activité prioriser l’énergie.

L'entresort numérique

Si, malgré les promesses technologiques, l’énergie vient un jour à manquer, vers où la prioriser ? École ou industrie ? Stade ou théâtre ? Qui décidera ?
C’est cette question politique qu’éprouvent les participant.es de cet entresort numérique et immersif.
Il se présente sous la forme d’un dispositif architectural qui met en jeu l’effort nécessaire à la production d’énergie. C’est à partir de cette énergie produite, qu’est alimenté l’entresort.
À l’intérieur, quatre spectateur.rices sont plongés dans une histoire écrite pour un multi flux d’images, de sons, de lumières, de vibrations.
Peu à peu les participant.es se retrouvent dans un vertige. Pris dans une ambiance festive délirante, mais avec la conscience que la batterie qui alimente l’expérience se vide… et privera peut-être les prochains spectateur.rices.
Jusqu’où iront-ils/elles ? Qui prendra ses responsabilités ?

Déclinaison : la visio-fiction

Reprenant le fil de l’histoire, nous proposons une forme à distance qui commence comme une visio-conférence, se poursuit comme un plan séquence de film d’aventure, se termine dans un club halluciné où le réel semble dissolu.
Le principe de prise à parti du spectateur.rice est conservé via une interface numérique développée par l’équipe de Komplex KapharnaüM.
Voir la captation de la 1ère visio-fiction réalisée en juin : https://vimeo.com/436344300/896a9b0474

Diffusions

12-15 février 2020 : Entresort numérique - Experimenta, Biennale Arts Sciences - Grenoble
29 juin 2020 : Visio-fiction : séminaire régional de l'ADEME, agence de la transition écologique
8 octobre 2020 : Visio-fiction : Journée partenaires Ideslab, Minatec - Grenoble

Genèse

En février 2020 l'équipée s’est installée quelques jours au salon Experimenta pour recharger ses batteries.

Dans le cadre de la biennale Arts Sciences, en partenariat avec le CEA nous avons imaginé une architecture et un principe d’autonomie énergétique à base de panneaux solaires. Pour l’occasion l’énergie devient structurelle et nous met face à des choix. Dans la rencontre avec les habitant.es et les passant.es qu’allons-nous faire de cette énergie accumulée ? Une station de charge à l’extérieur, et un module immersif à l’intérieur proposent une forme narrative entre documentaire et fiction sur cette question.

L’installation explore l’idée d’autonomie énergétique mais questionne aussi l’apparente facilité de l’accès à l’énergie en proposant au spectateur·rice de faire des choix : alimenter une sono, éclairer un bal, faire un café...

Ce projet migration s’inscrit dans une collaboration avec le CEA mise en place lors du workshop Prestige qui réunissait en octobre 2018 scientifiques et artistes autour des nouvelles énergies. Le salon était l’opportunité pour nous de développer une forme audiovisuelle autonome intégrant la technologie dans son questionnement artistique.

Pour en savoir plus sur le sujet, découvrez le numéro spécial de notre gazette qui accompagne ce déploiement photovoltaïque réalisé lors de la Biennale Arts Sciences à Grenoble. GAZETTE #3 - février 2020 // migration énergétique

L'entresort numérique à Experimenta, par l'Atelier Arts Sciences